Quand arrive un petit frère ou une petite soeur

L’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur est un changement de vie à intégrer.

…Il faut faire de la place à l’autre… Et pour cela, trouver sa place à soi…

Quel que soit l’âge d’un enfant, l’arrivée d’un autre après lui – même plusieurs « rangs » après – reste un changement dans le quotidien, voire une difficulté.

Dans notre société en mouvement, il arrive de plus en plus fréquemment que le(la) petit(e) dernier(e) naisse alors que l’enfant précédent est adolescent, soit parce que la famille se « reconstitue », soit parce que la vie en a décidé ainsi. Cela reste un choix des parents et les enfants déjà présents dans la famille cherchent à s’adapter.

L’arrivée du bébé est une source de joie, d’interrogations et souvent de comparaisons…

C’est la raison pour laquelle il est si important d’accompagner les enfants déjà présents dans la famille autour de ce projet qui va vite devenir « collectif ».

Pour les plus petits…

Les plus petits comprennent mal que leurs parents prennent plus de temps pour ce qui leur semble être presque exclusivement pour le bébé.

C’est alors que certains « régressent » pour rester des bébés dont les parents vont aussi devoir s’occuper. Cela arrive fréquemment alors que les parents disent faire le nécessaire pour passer du temps avec les plus grands en dehors du bébé.

Ce que les petits constatent, c’est qu’ils avaient toute l’attention des parents jusqu’à l’arrivée de cet(te) intrus(e), toute préparée qu’elle aura été… Et surtout, ils se mettent à comparer le temps passé avec les uns ou avec les autres et généralement, en terme de partage de temps, le bébé gagne haut la main !

Et puis, ce bébé, il reste avec maman, lui, pendant que le plus grand doit aller à l’école, par exemple. A l’école, où l’attention baisse un peu pour faire « bonne mesure »…

Les nuits s’agitent à juste titre si le bébé dort et pleure dans la même chambre, à titre d’inquiétude si l’enfant a pu constater que les parents s’occupaient du bébé au cours de la nuit aussi pendant que lui est en train de dormir…

Pour les plus grands…

Les ados, eux, n’ont pas envie qu’on les « saoule » pour garder le bébé quand ils ont des soirées avec leurs « potes » ou des révisions à faire avec leurs amis. Les parents n’ont qu’à se débrouiller avec le bébé puisqu’ils l’ont voulu

En mode « trouver des solutions » :

Pour les plus jeunes, la sophrologie peut venir en secours pour renforcer la confiance des plus jeunes, les aider à trouver leur place et conserver un sommeil de qualité qui n’altèrera pas leur concentration en classe.

Pour les ados, la sophrologie va aider à retrouver de la motivation et du bon sens pour être un grand frère ou une grande sœur « à la juste hauteur ».

Bien sur, la sophrologie ne remplace en rien l’éducation des parents et le sophrologue ne cherche pas à prendre une autorité quelconque sur la famille, mais simplement à ouvrir d’autres perspectives, toujours dans le respect de chacun.

Votre famille s’agrandit et vous souhaitez accompagner vos enfants

Vous aimerez aussi lire

Le Bonheur

/

Le Deuil

/