Cela fait des années que je ne dors plus !

Comme une phrase que certains se répètent trop souvent…

Si j’avais reçu un centime chaque fois que j’ai entendu cette phrase… Je n’aurais pas été aussi riche de toutes les améliorations que j’ai vu vivre aux personnes qui viennent me voir !

Je dis volontiers – y compris à ceux qui ne voudraient pas l’entendre – que l’un des premiers bénéfices collatéraux de la sophrologie est un meilleur sommeil. Je l’ai moi-même observé il y a des années lorsque j’ai commencé à la pratiquer.

Si cela fait des années que votre sommeil est perturbé, sans qu’une solution ait été apportée, il est probable que votre corps ait également trouvé d’autres moyens d’exprimer son mal être.

Mais pourquoi le sommeil fuit-il ?

Il est souvent question d’idées qui tournent en boucle.

Le temps de se poser dans son lit et elles arrivent, les idées, les pensées… parasites… obsédantes… culpabilité, liste des oublis, envie de régler des comptes, doutes, dernière dispute, manque, angoisses, fausses croyances, inquiétude, anxiété de performance, peines, interrogations, peurs, passé, futur, solitude, douleur, joie… Chacun complétera son inventaire…
Avez-vous remarqué que la veille d’événements stressants, vous ne parvenez à vous endormir que lorsque l’heure du réveil approche, que lorsqu’il est « trop tard » et que vous « lâchez » enfin prise avec tout ce qui vous tenait éveillé.

Quand les émotions prennent le contrôle, le sommeil se fragilise…

En apaisant l’organisme et le cerveau, la sophrologie aide à accueillir autrement toutes ces pensées.

Il a été dénombré que l’être humain faisait tourner dans son cerveau environ 5000 pensées par heure. C’est beaucoup ! Même si ce chiffre semblera trop grand à certains ou trop petit à d’autres, il mérite tout de même d’être cité.

Alors que faire de toutes ces pensées ? Simplement les accueillir et même les observer… Tout en décidant de ne pas s’y arrêter, de ne pas commencer à leur donner plus de place que ce qu’elles n’utilisent déjà dans le cerveau et dans le temps.

Ne pas chercher à comprendre, à analyser encore, à suivre ses pensées au moment du sommeil est une bonne idée !

Comment ?

  • En retrouvant et en gardant confiance en sa capacité à dormir
  • En utilisant des exercices simples qui facilitent dans la journée la préparation de la nuit
  • En notant sur un carnet ce que l’on souhaiterait « poser » de la journée passée, le négatif et le positif !
  • En respirant paisiblement
  • En retrouvant les sensations d’un sommeil réparateur
  • En mettant en œuvre des techniques de relâchement musculaire

Tout cela favorise la concentration et donc, le lâcher prise… Et donc, l’endormissement…

Trouvons ensemble les exercices qui vous conviendront le mieux pour un doux sommeil régénérant.

Vous souhaitez des renseignements ou prendre un rendez-vous

Vous aimerez lire aussi

Le Sommeil

/