Le système nerveux

Au cœur de notre système nerveux, il y a notre survie

Le système nerveux réagit fortement aux sollicitations extérieures pour que le cerveau puisse enclencher des reflexes (de survie) physiologiques et psychologiques.

Le « stress », comme une réponse à une sollicitation externe

Chacun perçoit le stress à des degrés différents. Pourtant, le corps humain est préparé à affronter ou fuir et sait enclencher des réactions physiologiques appropriées.
Si ces réactions perdurent, on parle alors de stress de longue durée, ou de stress chronique, ce même stress qui est néfaste pour le corps et invite les pensées dites « parasites ».

Si,  lors d’une promenade en montagne, vous entendez un cri de loup…

…Votre corps va réagir avant même que vous ayez réalisé exactement ce qui se passe. Les hormones du stress déferlent dans votre système, votre cœur bat quasi-instantanément plus vite pour envoyer plus de sang et d’oxygène dans vos muscles, vos pupilles se dilatent pour affuter votre vision, vos glandes de sudation s’actionnent pour rafraîchir votre corps qui va se mettre à courir…  Pendant que, peut-être, vous êtes en train d’imaginer le pire…

Il peut en aller de même dans d’autres circonstances telles que des comportements répétitifs qui vous gênent dans votre entourage, un relationnel tendu au bureau,  un environnement bruyant ou au contraire trop silencieux, l’angoisse de la naissance d’un enfant, la peur de passer un entretien professionnel, de ne pas réussir un examen important pour votre carrière, de rater votre performance sportive, le sentiment que beaucoup de choses extérieures s’acharnent sur vous, que des bruits se font entendre dans votre tête ou vos oreilles (acouphènes), que vous ne parvenez pas à respirer convenablement… bref, tout ce que le cerveau peut décider d’interpréter comme un signal d’alerte, souvent corroboré par les pensées les moins rassurantes.

Ce signal d’alerte génère immédiatement des influx hormonaux, qui enclenchent les réactions physiologiques et psychologiques décrites dans l’exemple du loup (cœur, yeux, sudation…).

La sophrologie intervient sur les influx nerveux et calme les pensées

Les personnes souffrant de stress nerveux ont tendance à se tendre de plus en plus fortement et ceci peut aller jusqu’à la crise ou la douleur.
Plus le système nerveux est sollicité souvent, plus sa « jauge » de réaction va facilement entrer dans la zone rouge. C’est le système nerveux sympathique, celui qui agit, qui met en action, qui accélère les réactions du corps.

Plus le système nerveux est habitué au calme et à l’apaisement, plus sa réaction sera ajustée aux proportions réelles de l’événement. C’est le système nerveux parasympathique, celui qui relâche, qui freine les réactions du corps.

Il est important d’apprendre à « abaisser » l’activité du système nerveux sympathique (accélérateur) et d’augmenter les fréquences du système parasympathique (frein), pour parvenir à l’homéostasie, autrement dit à une forme d’équilibre du corps et, par extension, de l’esprit.

La sophrologie vous apprend à vous poser, à revenir rapidement au calme, pour activer le système nerveux parasympathique plus souvent.
Ce faisant, vous pourrez en toute autonomie réguler votre organisme et lui donner de nouvelles habitudes, celles de l’apaisement.

Apprendre à s’apaiser permet de rendre le corps disponible afin que la pensée soit plus sereine

Vous souhaitez obtenir un renseignement ou prendre un rendez-vous

Vous aimerez lire aussi