Bien-être au travail

Et si on en parlait ?

Aujourd’hui, les entreprises de toutes tailles se trouvent confrontées au stress vécu par leurs cadres, leurs collaborateurs, leurs employés, leurs salariés. Peu importe comment ils sont nommés, tous les acteurs de l’entreprise sont concernés.

Quand on parle de « stress au travail » ou de « stress en entreprise », de quoi parle-t-on ?

Chacun doit définir, accueillir puis gérer les tâches qui lui incombent dans le cadre de sa fonction ou de son rôle qui ne sont pas toujours strictement délimités.
Le « stress au travail » est la perception que chacun a de son travail et de l’ordonnancement de sa journée professionnelle, qu’elle soit libre ou imposée.

Suite aux remarques de plusieurs dirigeants que j’ai rencontrés, je peux préciser ici que, certes, quelques uns des éléments de l’entreprise apportent peut-être du stress depuis leur vie privée, depuis leurs temps et leurs conditions de transport, etc.
Ce qui est primordial ici, c’est de constater les plaintes qui se multiplient au sein même d’une entreprise et ce, quelles qu’en soient les causes profondes, privées ou non.

Ce stress a des conséquences pour l’entreprise

L’absentéisme, le turn-over, les défauts et les retards de production, les malaises, le bore-out, le présentéisme, les crises de nerfs et/ou de larmes, les accidents de travail, les maladies professionnelles, le burn-in, le burn-out, bref, des risques psychosociaux qui viennent entraver le bon déroulement de sa production.

Si le dirigeant estime que le stress vécu par ses salariés n’est pas de sa responsabilité, sa société en subit tout de même les résultats…

La prévention du stress au travail est menée sur différents fronts. Le Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT), la médecine du travail, les ergonomistes, les psychologues cliniciens, et encore d’autres intervenants possibles.

Dans un premier temps

Il faut en effet, prévenir tous les risques sécuritaires s’il y en a (chimiques, électriques, risques de chutes, etc.).

Dans un deuxième temps

Il est conseillé de se pencher plus avant sur l’organisation des tâches et leur priorisation. Un mauvais process ou l’absence de procédure dans certaines tâches peuvent induire un stress amené à se répercuter sur l’optimisation des tâches et du temps de travail (retards).
Dans un autre temps proche, il faut envisager la prévention pour que l’ensemble des mesures trouvent un point d’équilibre, au travers d’un liant et pourquoi pas d’une activité anti-stress partagée par plusieurs salariés volontaires.

Puis pour autonomiser / responsabiliser chacun

Pour comprendre ce qu’est le stress et comment le gérer, des ateliers de formations sur mesure peuvent être mis en place autour de thématiques diverses, adaptées à l’entreprise.

La Sophrologie devient alors un outil particulièrement intéressant puisqu’elle répond à des demandes spécifiques à l’entreprise par des exercices concrets à reproduire sur le lieu même de son travail.
Pour cela, elle passe par le corps et englobe l’entièreté de la personne qui la pratique.
Toutes les facettes de la vie privée et professionnelle sont donc englobées.

Afin de garantir une baisse pérenne du niveau de stress dans l’entreprise, des séances régulières de sophrologie peuvent être mises en place.

Vous souhaitez recevoir d’autres renseignements

Vous aimerez lire aussi